Dr Philippe SERRA | Pneumologue à Marseille

Dr Philippe SERRA | Pneumologue à Marseille

Les jeux préférés d’un aficionado

Selon le blogueur, « Rise of the Tomb Raider », lancé en novembre 2015 sur Xbox One, jouit d'une remarquable qualité graphique et se hisse au sein du top de l’année. Il est aussi indulgent et presque louangeur pour ce titre, et ce, malgré l'absence de régularité de l'éditeur. Parmi les franchises sorties en 2015-2016, Philippe Serra (doctolib) a été épaté par les images d’« Assassin's Creed : Syndicate ». En outre, « Star Wars : Battlefront » l'a particulièrement fasciné grâce à son graphisme, son gameplay et son originalité. Ce testeur de longue date estime comme il se doit un F2P nostalgique et simple à l'instar de « Dragon Ball Z : Dokkan Battle ». Néanmoins, Philippe Serra analyse de façon systématique les titres par rapport à leur support et leur développeur.

Les œuvres essentielles pour un inconditionnel

En novembre 2015, Philippe Serra a dressé un top des graphismes de la saison en se focalisant sur les productions sur consoles. Le gamer respecte l’effort des studios de premier plan en introduisant dans ce classement les derniers opus des œuvres incontournables telles que « Tomb Raider », « Hitman », « Assassin’s Creed » ou « Rainbow Six ». Aficionado dès l'enfance, le bêta-testeur éprouve une grande estime pour les titres classiques tels que NFS ou « Medal of Honor ». Ainsi, malgré quelques mauvais souvenirs, il parvient à apprécier toutes les versions dès le lancement de la série jusqu’au reboot. Entre 2015 et 2016, Philippe Serra a mis en avant de nombreuses œuvres passionnantes, comprenant notamment « Homefront », « Rise Of The Tomb Raider », « Dishonored 2 », « For Honor » ainsi que « The Division ». En effet, ce fan de jeux vidéo guette en permanence la mise sur le marché d’œuvres prometteuses, de miniséries et de reboots, en plus des classiques et des sequels.

Une plateforme se concentrant sur le domaine des jeux vidéo

Le site Web de Philippe Serra est un vaste espace d’échange consacré à l’univers vidéoludique en général. Ce blog s'impose par conséquent comme une communauté de fans donnant les moyens de soutenir les amateurs, les testeurs comme les programmeurs. Inconditionnel de longue date, le gamer attend impatiemment des sorties intéressantes telles que « Paragon » d’Epic Games ainsi que l’inclassable « We Happy Few ». Entre les séances de tests et les analyses, le blogueur aime également discuter de sujets à controverse comme le DLC (Downloadable content) payant. Sortant des sentiers battus, la page Web de Philippe Serra parle de l’univers étendu des jeux vidéo. Par conséquent, le gamer traite également des adaptations de jeux à l’écran et des introductions sur consoles, PC ou mobile d’opus issus d’autres médias.

Présentation des critiques notables sur la page Web conçue par le bêta-testeur et se focalisant sur les jeux vidéo

Fin 2015, Philippe Serra s'est illustré par son article négatif sur l'œuvre « Mario Tennis : Ultra Smash » produite pour la Wii. Du gameplay au nombre de fonctionnalités, ce titre du plombier emblématique de l'enseigne Nintendo renferme des défauts à tous les niveaux. Le blogueur a mis à contribution la neutralité de joueur qui a bâti sa crédibilité dans la critique de cette œuvre dédiée à toute la famille. Gamer avec des années d’apprentissage, le testeur s'avère un aficionado d'œuvres classiques telles que NFS. Néanmoins, le gamer a livré une analyse neutre des points forts et des failles du reboot de la saga légendaire sorti courant 2015. En raison de sa jouabilité, de ses options variées ou de son design graphique exceptionnel, le gamer a pu découvrir après des heures de bêta-test les nombreuses évolutions proposées par l'œuvre « Star Wars : Battlefront ». Même si cette spécificité est dorénavant rare, les fans de cet univers chérissent les œuvres fournissant des mises à jour gratuites. Outre ses promesses en matière de jouabilité, Philippe Serra a de ce fait relevé un détail non négligeable dans la régénération de la série « Need for Speed », la disparition des contenus téléchargeables (DLC) avec participations obligatoires.